top of page
  • Photo du rédacteurnenooke

LES CHEVEUX ~ LA CHUTE


Dès que vous perdez, de façon suivie, plus d'une cinquantaine de cheveux par jour, cherchez-en la raison.

Si la chute, apparue aux alentour de septembre ou de mars, ne s'accompagne d'aucun changement du cuir chevelu ( plus sec ou plus gras ), elle ne traduit probablement qu'un phénomène saisonnier . Il suffit alors d'interrompre momentanément les brossages et massages et de ralentir le rythme des shampooings .

Mais bien d'autres causes peuvent être invoquées.

Les maladies infectieuses avec forte fièvre ( grippe, fièvre typhoïde ), les opérations , les intoxications, les suites d'accouchements, les chocs émotionnels. Deux ou trois mois après ces divers chocs, une chute diffuse survient parfois. Elle est sans gravité et cesse spontanément au bout de quelques semaines. Observez dans de tels cas les mêmes precautions que précédemment, évitez les permanentes pendant cette période et frictionnez chaque jour le cuir chevelu avec une lotion fortifiante .

La vie, les habitudes modernes ajoutent des causes nouvelles à ces causes permanentes.


Les amaigrissements brusques , spontanés ou après traitement aux " modérateurs de l'appétit": six mois environ après le début de l'amaigrissement, la chute commence, et se poursuit longtemps, même après cessation du traitement .


Les troubles nerveux, les soucis, les émotions

Ce que les médecins appellent maintenant les " stress".


L'état général déficient.


Les troubles digestif chroniques. L'assimilation se fait mal, des carences, des avitaminoses, s'ensuivent .


Les traitements par hormones mâles, qui peuvent provoquer, outre la chute des cheveux, une recrudescence de duvets sur le visage et le corps, et des poussées d'acné. ( On ne devrait les prescrire que dans les cas où aucun autre medicament ne peut les remplacer, et non pas pour des fatigues, déficiences de l'état général, par exemple .)

Enfin et surtout, la brutalité avec laquelle certaines femmes traitent leurs cheveux . Ainsi, le crêpage fait des ravages . Les cheveux ne sont pas des " tuyaux " lisses. Leur écorce est constituée de petites écailles qui se chevauchent comme les tuiles d'un toit . En les coiffant à " rebrousse-écaille ", on les met partiellement à nu, ils deviennent fragiles, plus sensibles aux produits chimiques, et cassants près de la racine . L'abus des laques aussi ( qui fait éclater la kératine ) . Les tiraillements exagères par épingles bigoudis et tous accessoires ou coiffures qui modifient la direction naturelle des cheveux . Les traitements capillaires mal ou trop fréquemment appliqués : permanentes trop frisées, décolorations trop fortes et trop rapprochées qui dessèchent et fragilisent les cheveux , brossages et massages trop violents .

Dans tous ces derniers cas , heureusement, et même si la chute est importante, il suffit de reprendre des soins corrects pour que la repousse survienne .

Encore une cause " moderne " .... et surprenante :

l'abus des shampooings . Quand une femme a les cheveux gras, elle les lave dès qu'ils commencent à coller, parfois deux ou même trois fois par semaine . Si elle emploie un shampooing trop detergent ---- dont l'effet immédiat est flatteur ---- une réaction s'ensuit dés le troisième jour qui suit l'application . La séborrhée afflue . un cercle vicieux s'etablit . A la longue, les glandes qui sécrètent les graisses, trop souvent excitées, deviennent de plus en plus actives .

Comment stopper les chutes ? Parfois, en prenant des produits par voie générale : sédatifs de l'état nerveux ; cystine ( acide aminé souffre ), qui améliore la resistance des cheveux et favorise la repousse ; calcium ( le plus assimilable : celui du fromage ) ; vitamines, surtout A, ou reconstituants comme l'acide phosphorique, quand la chute est en relation avec un traitement amaigrissant, un trouble digestif ou glandulaire qui entraîne des carences ; procaine en injections, pour les personnes âgées.

En évitant, bien sûr, tous traumatismes ( brossages violents, cépages , tiraillements ...) et irritation ( par lotions très dégraissantes au soufre, shampooings très décapants ...).

En espaçant les shampooings ( voir à cheveux gras ).

En employant des lotions capillaires : au soufre naissant , au sel, parfois à l'huile de cade ( la veille du shampooing ), par exemple ; si l'origine est glandulaire, à la menopause , par exemple, ou après fausse couche, pommades ou lotions aux hormones féminines .

Dans les cas sérieux : application d' ammi majus ( plante d'origine Égyptienne ), ultra-violets, neige carbonique .

Et dans les cas encore plus sérieux : injections dans le derme, par petits points, aux endroits dégarnis ( sous anesthésie locale ), de dérivés de la cortisone . La repousse est notable .









31 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page